Karma and the Golden Rule

In the shower this morning I was thinking about this Christian saying of: “do unto others as you would have them do unto you“. I am not a religious person but I recognized the similarities in some of my readings and it reminded me of this short article I had posted on Karma.

It was May of 2007 after a strong discussion that broke this circle of friends apart. At the time, I guess that I was trying to deal with both sides at the same time, feeling responsible yet caught in the middle of things. Almost 4 years now since this “event” and, looking back, I think this helped me then and now… but I still have so much to learn!

Karma is a sum of all that an individual has done, is currently doing and will do. The results or “fruits” of actions are called karma-phala. Karma is not about retribution, vengeance, punishment or reward; karma simply deals with what is.

The effects of all deeds actively create past, present and future experiences, thus making one responsible for one’s own life, and the pain and joy it brings to others. In religions that incorporate reincarnation, karma extends through one’s present life and all past and future lives as well. It is cumulative.

Therefore, do not only think about how your actions will impact others, but also how they will change your life in time. Hopefully, you will decide that positive actions and words should prevail in your everyday life.

Thinking about the Dalai Lama’s Teachings on happiness in his interview with Dr. Howard Cutler, in the book The Art of Happiness, it then occurred to me that WE are others. And so in seeking further interpretations, I stumbled upon “The Golden Rule”: http://en.wikipedia.org/wiki/The_Golden_Rule. For the eager ones, I invite you to skip right to the Religion and philosophy section for a quick scan. Namaste.

Déception et satisfaction

Qui ne vit pas à tous moment dans sa vie de petites ou grandes déceptions? Pourquoi devons-nous souvent être déçu et vivre cette sensation inconfortable, un mélange non-ingérable de tristesse, de frustration et d’abandonnement. La déception prend plusieurs formes mais elle semble souvent provenir de la même source : l’anticipation.

Ici, je m’autorise à passer le commentaire sexiste suivant : mon dieu qu’on est bonnes là-dedans nous les femmes?! Nous imaginons toutes sortes de scénarios sur ce que l’avenir nous réserve, de l’évolution de notre relation avec cet homme charmant que nous avons rencontré jusqu’à l’excitation de porter ce top fantastique lors de cette soirée spéciale dans deux semaines. Ouf, c’est épuisant !

Se satisfaire peu à peu, étapes par étapes de notre vie telle qu’elle est peut grandement modifier cette attitude. La satisfaction semble être facile à comprendre mais un état d’esprit si difficile à atteindre. Ce sont ses complices, ambitions, attentes, objectifs, plans qui nous empêche de la voir. Je ne propose pas ici que nul ne devrait avoir d’ambitions, mais plutôt que celles-ci ne doivent plus gérer notre vie et nos émotions. Si on aime les gens qui nous entourent, je pense qu’il nous faut réaliser que c’est cette anticipation du moment futur qui nous aura désappointé plutôt qu’eux; rappelons-nous de la recherche du bonheur.

Pour ma part, j’ai des hauts et des bas en ce qui a trait à trouver la satisfaction dans ma vie et j’y concède, il s’agit d’un effort soutenu. Certains vous aurons dit : “Carpe diem” tiré de vers latins du poète Horace et se traduisant “Cueille le jour présent et sois le moins confiant possible en l’avenir”. Facile à dire. Je pense que la satisfaction se rapproche beaucoup de cette pensée mais qu’elle inclue une conscience de ce moment présent.

Je me suis maintes fois laisser emporter par ce qui se passera demain, la façon dont se déroulera une rencontre et les sentiments qui seront ressentis au point où je ne vivais plus que dans le futur ou dans les mémoires du passé. Ma vie filait sous mes yeux et j’en étais déçue. J’attendais, je planifiais la prochaine étape, la prochaine chose à faire au lieu de vivre consciemment dans le moment présent. Lorsque je réussi à vivre consciemment dans le moment présent, plus que jamais je me voit satisfaite et heureuse de ma vie telle qu’elle est : je ne cherche pas à la changer, je vis simplement chaque situation de la façon dont elle survient en demeurant présente à ce moment de ma vie.

Le rythme accéléré de nos vies telles qu’elles le sont n’ont jamais autant mérité que l’on s’arrête pour un instant. Nous pouvons réellement vivre et être satisfait de notre vie et celle-ci peut cesser d’être une série d’actions pénibles à accomplir et de choses à se procurer. STOP. Breathe… live.

Attitude et bonheur

Le Dalaï-Lama parle souvent de compassion dans ses discours. Pour lui, la compassion envers autrui est à la base d’une vie saine et heureuse. Lorsqu’il parle du bonheur il mentionne entre autre les relations interpersonnelles. Selon lui, tous ont droit au bonheur. En reconnaissant que cette capacité de souffrir et d’aimer est présente chez chaque individu, en réalisant que tous aspirent à vivre une vie heureuse, chacun peut également réaliser qu’il fait ses choix selon cet objectif. Il est intéressant d’en faire l’exercice conscient. À chaque personne que vous croiserez aujourd’hui, pensez que sa vie vaut la peine d’être vécue autant que la vôtre, que cette personne comme vous ne cherche qu’à être heureuse et remarquez comment cela affecte votre façon de vous adressez aux autres et leur attitude envers vous.

Une citation de David Logan, lors de son discours sur Tribal Leadership à TEDxUSC, me vient en tête : “as people see the world, so they behave“, à laquelle je ne peux qu’y ajouter : “and so does the world reply“. Notre attitude face aux autres est la même avec laquelle nous serons accueillie. D’une certaine façon et cela provoque un cycle, positif ou négatif selon le cas, et où la seule issue est notre décision d’agir différemment : “be the change you want to see in the world” disait Gandhi qui avait malgré tout une grande difficulté à le faire lui-même…

Je ne suggère pas qu’il est simple de changer notre perception, nos réactions et notre attitude mais je crois que cela est possible et bénéfique. Je suis une personne qui a une attitude généralement positive envers la vie mais j’ai définitivement des mauvaises journées comme tout le monde ! Mais consciemment s’attarder à des choses qui semblent nous rendre heureux, et s’éloigner peu à peu des situations qui peuvent être évité et que nous reconnaissons comme une entrave à notre bien-être, peut nous aider à adopter cette nouvelle attitude. Prendre le temps de s’occuper de soi-même par la peinture, la photo, le design intérieur, nos amis, les enfants, la méditation, les animaux, la danse, le yoga, la création de toute sorte ou même une bonne douche chaude, sont des petites choses qui transforment notre perception de cette vie et qui provoquent de grands changements.

Il y a quelques mois, un ami m’a introduit au livre de Neil Pasricha “The Book of Awesome” pour lequel il y a également un site web : http://1000awesomethings.com/. Par exemple, aujourd’hui on y retrouve le #317 “When you can hear it snowing” très approprié pour cette journée enneigée. Plus récemment j’ai écouté son TED Talk sur “The 3 A’s of Awesome“. Il exprime de façon simple l’importance d’être conscient à l’attitude que nous choisissons d’avoir envers la vie. J’ai trouvé sa présentation inspirante et accessible et je vous invite à l’écouter :  http://www.ted.com/talks/lang/eng/neil_pasricha_the_3_a_s_of_awesome.html

Bonne journée.

%d bloggers like this: