Prendre le temps de prendre soin de soi

L’automne est arrivée, on ne se le cachera pas! Les feuilles changent rapidement de couleurs et de fait, l’arbre derrière chez moi se retrouve pas mal dénudé déjà. L’air frais accompagne les matins sombres qui précèdent le levé du soleil. Tout est humide et mouillé. Il pleut, il fait gris et cela nous rend casanier.

J’ai lu un jour quelque part que nous devions vivre au gré des saisons. Dans ce texte, la dame faisait un clin d’oeil aux relations amoureuses et à cette nécessité d’accepter les étés, les automnes, les hivers et les printemps de celles-ci. Bref, il est tout à fait normal, par moment, de vouloir que le temps s’arrête histoire de nous donner un peu plus de temps seul ou ensembles.

Mais aujourd’hui, puisque l’automne se présente avec sa mélancolie, je vous propose plutôt de prendre le temps de prendre soin de vous même. Qu’est-ce qui vous ferais du bien? Regarder un film emmitouflé dans une grosse couverture? Préparer une soupe ou un ragoût? Livre un bon livre en écoutant de la musique? Prendre un bain éclairé aux chandelles?

C’est si bon de s’arrêter un moment et de se rendre compte que même si le ciel est gris, qu’il fait froid et qu’il pleut, nous sommes choyés par la vie d’être ici. La vie file tellement vite. Prenez le temps de vous faire plaisir. Respirez le calme. C’est si important. Je vous souhaite d’être heureux et heureuses.

Samedi après-midi à la campagne…

D’où je suis assise j’apperçoie le bout du quai,

baigné dans la lumière diffuse de l’après-midi.

Le lac reflète la couleur argenté des nuages gorgés de pluie,

tandis que sa surface s’agite sous la brise du vent.

De grands pins s’élèvent majestueusement,

brandissant leurs branches vers le ciel gris.

Une odeur de cèdre fumé sature l’air calme,

tel un riche parfum enivrant les sens.

À l’exception de quelques chants d’oiseaux,

seul le son du vent dans les feuilles est audible.

Moment de sérénité et de plénitude,

partage de l’existence humaine et de la nature.

Réalisation

L’autre matin en me rendant chez une copine je me suis rendu compte que j’étais pleinement satisfaite. Cela n’était pas la première fois mais je n’avais cependant jamais éprouvé une sensation aussi complète.

Je me suis donc posé la question sur la raison de cette satisfaction : est-ce que quelque chose avait changé pour que je me sente si différente aujourd’hui d’hier? Il ne s’agissait pas d’une complaisance matérielle (j’ai une vieille voiture, j’effectue un retour aux études en ce moment et, de toute façon, je ne suis pas une très grande consommatrice en générale). Il s’agissait réellement d’un sentiment de paix intérieur, de grand calme soudain. Même si cette sensation n’a durée que quelques instants, ma première réaction a été de vouloir comprendre ce qui se passait comme pour voir si tout était OK ! Pourtant, autant que je ressentais un certain détachement, il me semblait que je confirmais, de façon émotionnelle, ma pleine présence dans ce moment.

La radio jouait un hymne de Schubert, une neige tombait légèrement sur la route et, bien qu’étant au volant de mon automobile, je me sentais légère et confortable dans ce corps. Je me rappelle avoir pensé comme je suis bien. Plus tard dans la journée, je me suis assise dans ma chambre éclairée de la chaleur d’un soleil d’après-midi et je me suis décidée à écrire ceci pour moi et pour vous qui voulez bien le lire. J’ai la sensation que mon esprit et mon coeur s’ouvrent davantage et je me sens bien.

J’ai le goût de continuer cette expérience et je pense que d’avoir un dialogue écrit à ce sujet pourra être intéressant. Je vous invite à me faire part de vos commentaires et pensées personnelles en laissant un “post” ou en m’envoyant un message si vous préférez.

%d bloggers like this: